Posté le 09 Avr 2017 • Dans : Captures d'écran, Photos, Presse, Scans, Séances photos, Traductions, Vidéos0 commentaire(s)

Keira figure dans le numéro d’avril du magazine Vogue Italia, avec à la clef une nouvelle séance photo par Yelena Yemchuk, une vidéo dans les coulisses de la séance, ainsi qu’un article. Retrouvez les photos en haute résolution dans la galerie :



Liens vers la galerie :
Séances photos > 2017 > Vogue Italia (Yelena Yemchuk)
Presse et scans > 2017 > Vogue Italia – avril
Captures d’écran > Séances photos > 2017 > Vogue Italia – coulisses

Vidéo de la séance photo :

Retrouvez également la traduction de l’article par et pour Admiring Keira Knightley :

L’intensité. « C’est un terme que j’aime beaucoup. Je m’intéresse aux gens qui sont sur le fil du rasoir, qui ont des névroses, qui s’essaient aux extrêmes. C’est pour cela que j’ai toujours choisi des personnages intenses, qui vous consument. J’aimerais les tenir à distance, ils sont tellement complexes, mais je suis inévitablement attirée vers eux. » Lire la suite ?

Sources : PicturePub et Vogue.it

Posté le 13 Août 2016 • Dans : Presse, Traductions0 commentaire(s)

Keira a accordé une interview à InStyle dans laquelle elle révèle ses gestes beauté au quotidien. Une traduction de l’entretien a été ajouté à l’archive de presse :

En quoi l’approche britannique de la beauté diffère-t-elle de l’approche américaine ?

« Je pense que nous autres Britanniques prenons peu soin de notre apparence. Pour le meilleur ou pour le pire, vous verrez rarement dans les rues de New York ou LA des femmes aussi grunges qu’à Londres. Aux Etats-Unis, elles sont toujours bien coiffées et manucurées, ce qui n’est pas culturellement populaire en Angleterre. Je ne suis pas du tout une personne soignée. Lorsque j’apparais soignée, j’ai l’impression de jouer un rôle. » Lire la suite ?

Posté le 15 Mai 2015 • Dans : Captures d'écran, Carrière, Photos, Traductions, Vidéos0 commentaire(s)

BAFTA Guru a publié une vidéo d’actrices britanniques évoquant leur métier, dans laquelle on peut retrouver Keira à plusieurs reprises. Elle explique ce qu’elle recherche dans un rôle, sa préparation avant un tournage, et elle revient également sur sa relation avec le réalisateur Joe Wright, ainsi que sur le rejet qui va de pair avec le métier d’acteur.

(Début) Qu’est-ce que je recherche dans un rôle ? Je cherche des choses qui m’intéressent. Des choses que je ne comprends pas tout à fait. Des choses que je veux explorer. Je recherche des choses qui soient difficiles. Je ne veux pas que ce soit facile. Et si j’ai l’impression de savoir exactement comment procéder dès lors que j’ai lu [le scénario], je ne suis pas vraiment intéressée. Il faut toujours que ce soit un défi.

(2:02) J’ai fait beaucoup de recherches pour un film que j’ai fait, qui s’appelle « A Dangerous Method », et puis… En fait, environ durant toute cette période, c’était beaucoup de recherches, donc, quoi que fut la base du projet, je lisais absolument tout [sur le sujet]. Sur le plan technique, je relis constamment le scénario, autant de fois que possible, pour faire en sorte que les répliques deviennent des automatismes.

(4:33) Je ne crois pas pouvoir parler de réalisateurs sans parler de Joe Wright, parce que nous avons tourné trois films ensemble, et je crois que notre collaboration est sûrement la plus importante de ma carrière. Notre relation de travail n’est pas nécessairement confortable. Il est très exigeant. Il fait toujours preuve de soutien, mais ce n’est pas comme si… Nous avons ce lien bizarre qui fait que nous n’avons pas besoin de nous parler, donc, même lorsque nous ne sommes pas d’accord, nous n’avons pas besoin de l’exprimer verbalement, nous le mimons, en quelque sorte, en nous regardant l’un l’autre. Lorsque j’ai commencé à travailler avec lui, c’était une époque où je recevais énormément de critiques, de toutes parts, et c’est la première personne à m’avoir dit : « Tu peux vraiment le faire. Tu dois travailler dur et te concentrer. » Donc, évidemment, je l’ai toujours énormément apprécié pour ça.

(6:58) Oui, c’est un métier très dur. Il faut adorer ça. C’est une vocation. Ca ne marche pas si ce n’est pas une vocation, parce que vous serez piétiné, des gens vous diront : « Non », et il faut avoir ce truc qui veut que vous ne puissiez rien faire d’autre. Parce que, si c’est le cas, alors vous êtes un acteur.

Retrouvez les captures de la vidéo dans la galerie :

Lien vers la galerie :
Captures d’écran > Interviews > 2014 > BAFTA Guru – In Focus: Acting, Vol. 2

Posté le 28 Mar 2015 • Dans : Photos, Presse, Séances photos, Traductions1 commentaire(s)

Le troisième numéro de Violet, dont Keira fait la couverture, est sorti aujourd’hui au Royaume-Uni, et Style.com a révélé un aperçu exclusif du magazine, dont des images de la séance photo de Keira, ainsi que des extraits de son interview par Amanda de Cadenet.

Lien vers la galerie :
Séances photos >> 2015 >> Violet (Elena Rendina Morel)

A propos du fait d’être une femme dans l’industrie du cinéma :

Où sont les histoires de femmes ? Où sont-elles ? Où sont les réalisatrices, les scénaristes femmes ? C’est inégal, donc, étant donné que nous représentons la moitié du public se rendant dans les salles, nous représentons la moitié des gens qui vont voir des drames ou d’autres genres : où est-ce, tout ça ? Oui, je pense que le salaire est quelque chose de très important, mais je suis en fait plus inquiète du fait que nos voix ne soient pas entendues. Je ne sais pas ce qui s’est passé pendant les années 1980, 1990 et 2000 pour que le féminisme soit mis de côté, pour que ça devienne une chose à laquelle les femmes n’étaient pas supposées s’identifier, une chose dont elles étaient supposées avoir honte. Le féminisme, c’est le combat pour l’égalité entre les sexes, avec un respect égal, un salaire égal, et des opportunités égales. A cet instant, nous en sommes encore loin.

A propos de ses rôles de femmes fortes, et de son rôle de Joan Clarke dans « Imitation Game » :

Je trouve intéressant que les problèmes que rencontrent les femmes dans les films sont généralement inclus dans la sphère du foyer ou la sphère familiale, et non pas sur leur lieu de travail. Les vrais combats de Joan étaient de gagner sa juste place parmi ses collègues, et, une fois arrivée là, d’obtenir un salaire égal, ce qui n’a jamais été le cas.

Pour acheter le magazine en ligne, rendez-vous sur Boutique Mags, Magazine Shack ou Newsstand.

Posté le 30 Jan 2015 • Dans : Caritatif, Photos, Presse, Séances photos, Traductions, Vidéos3 commentaire(s)

Keira est en couverture de non pas un, mais deux numéros du magazine ELLE UK pour le mois de mars ! Un premier numéro, contenant une nouvelle séance photo, réalisée par Mariano Vivanco :

Liens vers la galerie :
Presse et scans >> 2015 >> ELLE UK – mars
Séances photos >> 2015 >> ELLE UK (Mariano Vivanco)
Séances photos >> 2015 >> ELLE UK (Mariano Vivanco) – Coulisses

Ainsi qu’un article, dont vous trouverez un extrait ci-dessous :

Notre actrice, star de couverture et, honnêtement, personne préférée, s’est montrée, comme à son habitude, humble et sincère lors de la séance photo réalisée pour la couverture, où elle a été photographiée, vêtue de Chanel, par Mariano Vivanco, tandis qu’elle est présentée comme le nouveau visage de la gamme Coco Rouge.

« Le rouge à lèvres est une armure contre le monde, nous dit-elle. Ma mère avait un truc, lorsqu’on grandissait : si elle passait une journée de m*rde, ou si quelque chose s’était mal passé, elle se mettait du rouge à lèvres rouge. Je respecte encore cette règle. »

« Si vous faites quelque chose de difficile, une couleur très vive est une bonne chose. Les lèvres sont les choses les plus faciles à colorer. Le nez, ce n’est pas si simple ; c’est un look compliqué. Les lèvres, en revanche : très bonne chose. »

Keira révèle également qu’elle ne devait pas s’appelait Keira.

« Je devais m’appeler ‘Kiera’, d’après une patineuse artistique russe, qui est passée à la télé, un jour. Mon père l’adorait, et lui a piqué son nom pour me le donner. Mais c’est ma mère qui est allée renseigner mon registre de naissance, et elle l’a épelé ‘ei’ au lieu de ‘ie’, parce que ma mère est nulle en orthographe. »

« Apparemment, quand elle est revenue, il a dit : ‘BORDEL DE M*RDE ! Tu as mal épelé son nom !’ Mais qu’est-ce qu’ils pouvaient bien y faire ? Une fois que c’est sur le papier, c’est fini. Et me voilà. Une erreur d’orthographe. »

Cependant, Keira a toujours été fan de la non-conformité : « Briser les règles. J’ai toujours détesté l’idée de devoir porter ci ou ça, parce que j’ai l’impression de me tromper complètement. Je détestais ça à l’école, et je n’en veux pas en tant qu’adulte. »

« Si vous voulez porter un p*tain de pot de fleurs sur la tête, et si ça vous rend heureux, alors portez un p*tain de pot de fleurs sur la tête. »

Une vidéo de la séance est incluse en bas de l’article, sur le site de ELLE UK.

Et un second numéro, à but caritatif. Keira figure ainsi dans l’une des cinq éditions réalisées en partenariat avec Comic Relief, pour le Red Nose Day (un événement caritatif britannique, qui permet de récolter des fonds pour les plus démunis, au Royaume-Uni et en Afrique). Elle arbore un T-shirt créé spécialement par Karl Lagerfeld, mis en vente au profit de l’association Comic Relief. Chaque numéro du magazine acheté rapportera également des fonds à l’association.

Lien vers la galerie :
Presse et scans >> 2015 >> ELLE UK (Comic Relief) – mars