Posté le 10 Oct 2018 • Dans : Carrière, Casse-Noisette, Colette, Photos, Presse, Séances photos, The Aftermath, Traductions0 commentaire(s)

Keira a accordé une interview au ELLE américain et figure parmi l’une des couvertures de l’édition de novembre, pour le numéro annuel consacré aux femmes à Hollywood (Women in Hollywood). Une nouvelle séance photo accompagne l’interview (dont la traduction sera prochainement postée sur le site) :

Liens vers la galerie :
Presse et scans > 2018 > ELLE US – novembre
Séances photos > 2018 > ELLE US (David Bailey)

Edition du 15 octobre : La traduction de l’interview est désormais disponible, ainsi qu’une nouvelle image de la séance photo.

Keira Knightley sait qu’Hollywood n’est pas adaptée aux jeunes mères

Tandis qu’elle tournait la comédie romantique aujourd’hui tant aimée « Love Actually », en 2003, Keira Knightley, qui était à l’époque une actrice britannique prometteuse dont la participation gagnante à « Joue-la comme Beckham » a aidé à en faire un succès, confiait au réalisateur que son projet suivant était « un truc sur les pirates, probablement un désastre ». Malgré tout, « Pirates des Caraïbes : le Secret du Coffre Maudit » a engendré $650 millions. En 2008, après être apparue dans les deux suites, Knightley était une célébrité, et la seconde actrice la mieux payée d’Hollywood. Mais ce n’est que récemment qu’elle a commencé à demander un salaire en relation avec celui de ses partenaires masculins. « Ça ne m’avait même pas traversé l’esprit, explique Knightley, qui vit à Londres avec son époux, le musicien James Righton, et leur fille âgée de trois ans. C’était comme s’il s’agissait de quelque chose qu’on ne pouvait pas remettre en question. Mais je demande, maintenant, et je peux dire avec certitude que dans mes deux derniers films, je n’ai pas gagné moins que les hommes avec lesquels j’ai travaillé. » Lire la suite ?

Posté le 04 Juil 2018 • Dans : Caritatif, Traductions, Vidéos0 commentaire(s)

Keira a apporté son soutien à l’association caritative Made by Dyslexia, qui milite pour une meilleur compréhension de ce qu’est la dyslexie, et un meilleur encadrement des personnes atteintes. Dans une interview filmée, l’actrice revient sur sa propre expérience de la dyslexie :

Cliquez sur « Lire la suite » pour retrouver la traduction de la vidéo.

Lire la suite

Posté le 09 Avr 2017 • Dans : Captures d'écran, Photos, Presse, Scans, Séances photos, Traductions, Vidéos0 commentaire(s)

Keira figure dans le numéro d’avril du magazine Vogue Italia, avec à la clef une nouvelle séance photo par Yelena Yemchuk, une vidéo dans les coulisses de la séance, ainsi qu’un article. Retrouvez les photos en haute résolution dans la galerie :



Liens vers la galerie :
Séances photos > 2017 > Vogue Italia (Yelena Yemchuk)
Presse et scans > 2017 > Vogue Italia – avril
Captures d’écran > Séances photos > 2017 > Vogue Italia – coulisses

Vidéo de la séance photo :

Retrouvez également la traduction de l’article par et pour Admiring Keira Knightley :

L’intensité. « C’est un terme que j’aime beaucoup. Je m’intéresse aux gens qui sont sur le fil du rasoir, qui ont des névroses, qui s’essaient aux extrêmes. C’est pour cela que j’ai toujours choisi des personnages intenses, qui vous consument. J’aimerais les tenir à distance, ils sont tellement complexes, mais je suis inévitablement attirée vers eux. » Lire la suite ?

Sources : PicturePub et Vogue.it

Posté le 13 Août 2016 • Dans : Presse, Traductions0 commentaire(s)

Keira a accordé une interview à InStyle dans laquelle elle révèle ses gestes beauté au quotidien. Une traduction de l’entretien a été ajouté à l’archive de presse :

En quoi l’approche britannique de la beauté diffère-t-elle de l’approche américaine ?

« Je pense que nous autres Britanniques prenons peu soin de notre apparence. Pour le meilleur ou pour le pire, vous verrez rarement dans les rues de New York ou LA des femmes aussi grunges qu’à Londres. Aux Etats-Unis, elles sont toujours bien coiffées et manucurées, ce qui n’est pas culturellement populaire en Angleterre. Je ne suis pas du tout une personne soignée. Lorsque j’apparais soignée, j’ai l’impression de jouer un rôle. » Lire la suite ?

Posté le 15 Mai 2015 • Dans : Captures d'écran, Carrière, Photos, Traductions, Vidéos0 commentaire(s)

BAFTA Guru a publié une vidéo d’actrices britanniques évoquant leur métier, dans laquelle on peut retrouver Keira à plusieurs reprises. Elle explique ce qu’elle recherche dans un rôle, sa préparation avant un tournage, et elle revient également sur sa relation avec le réalisateur Joe Wright, ainsi que sur le rejet qui va de pair avec le métier d’acteur.

(Début) Qu’est-ce que je recherche dans un rôle ? Je cherche des choses qui m’intéressent. Des choses que je ne comprends pas tout à fait. Des choses que je veux explorer. Je recherche des choses qui soient difficiles. Je ne veux pas que ce soit facile. Et si j’ai l’impression de savoir exactement comment procéder dès lors que j’ai lu [le scénario], je ne suis pas vraiment intéressée. Il faut toujours que ce soit un défi.

(2:02) J’ai fait beaucoup de recherches pour un film que j’ai fait, qui s’appelle « A Dangerous Method », et puis… En fait, environ durant toute cette période, c’était beaucoup de recherches, donc, quoi que fut la base du projet, je lisais absolument tout [sur le sujet]. Sur le plan technique, je relis constamment le scénario, autant de fois que possible, pour faire en sorte que les répliques deviennent des automatismes.

(4:33) Je ne crois pas pouvoir parler de réalisateurs sans parler de Joe Wright, parce que nous avons tourné trois films ensemble, et je crois que notre collaboration est sûrement la plus importante de ma carrière. Notre relation de travail n’est pas nécessairement confortable. Il est très exigeant. Il fait toujours preuve de soutien, mais ce n’est pas comme si… Nous avons ce lien bizarre qui fait que nous n’avons pas besoin de nous parler, donc, même lorsque nous ne sommes pas d’accord, nous n’avons pas besoin de l’exprimer verbalement, nous le mimons, en quelque sorte, en nous regardant l’un l’autre. Lorsque j’ai commencé à travailler avec lui, c’était une époque où je recevais énormément de critiques, de toutes parts, et c’est la première personne à m’avoir dit : « Tu peux vraiment le faire. Tu dois travailler dur et te concentrer. » Donc, évidemment, je l’ai toujours énormément apprécié pour ça.

(6:58) Oui, c’est un métier très dur. Il faut adorer ça. C’est une vocation. Ca ne marche pas si ce n’est pas une vocation, parce que vous serez piétiné, des gens vous diront : « Non », et il faut avoir ce truc qui veut que vous ne puissiez rien faire d’autre. Parce que, si c’est le cas, alors vous êtes un acteur.

Retrouvez les captures de la vidéo dans la galerie :

Lien vers la galerie :
Captures d’écran > Interviews > 2014 > BAFTA Guru – In Focus: Acting, Vol. 2