Posté le 21 Juin 2016 • Dans : Campagnes publicitaires, Captures d'écran, Divers, Photos, Réseaux sociaux, Vidéos0 commentaire(s)

Keira a participé à la campagne #DontFuckMyFuture (« Ne foirez pas mon avenir ») qui encourage les Britanniques à voter lors du référendum du 23 juin prochain, dans le but de déterminer si le Royaume-Uni restera ou non dans l’Union Européenne. Vous pouvez visionner le spot ci-dessous, et retrouver des captures ainsi qu’une photo prise sur le tournage de la vidéo, dans la galerie :

Il suffit de cinq secondes pour parfaire la meilleure expression faciale pour une remise de prix. Et il suffit de cinq secondes pour cocher une case dans un bulletin. Cinq secondes pour empêcher les autres de foirer votre futur.


Liens vers la galerie :
Captures d’écran > Divers > 2016 > #DontFuckMyFuture
Réseaux sociaux > 2016

Auparavant, Keira s’est engagée dans la campagne anti Brexit (comprendre Britain + Exit) aux côtés d’autres artistes britanniques (notamment Bill Nighy, Helena Bonham Carter, Benedict Cumberbatch, Richard Curtis ou encore John le Carré), en signant une lettre ouverte que vous trouverez en intégralité (et an anglais) ici, et dont la traduction faite par et pour Admiring Keira Knightley est disponible en cliquant sur « Lire la suite ».

Le référendum européen marque la plus grande décision démocratique de notre époque, et le résultat aura des conséquences durables et vastes pour l’avenir de ce pays et les générations à venir.

Le référendum nous oblige à nous regarder dans le miroir en nous demandant : « Quel genre de nation voulons-nous être ? Sommes nous tournés vers l’extérieur et ouverts à l’idée de travailler avec autrui pour plus de résultats ? On nous coupons-nous de nos amis et voisins à un moment d’incertitude mondiale croissante ? »

De la plus petite tribune au plus gros blockbuster, beaucoup d’entre nous ont travaillé sur des projets qui n’auraient jamais vu le jour sans le financement vital européen ou la collaboration entre les pays. La Grande-Bretagne n’est pas seulement plus forte dans l’Europe, elle est plus imaginative et créative, et notre succès mondial créatif serait sévèrement affaibli si nous partions.

Et qu’est-ce que le fait d’être hors de l’Europe signifierait vraiment ? Quitter l’Europe serait un saut vers l’inconnu pour des millions de personnes à travers le Royaume-Uni qui travaillent dans des industries créatives, et pour des millions d’autres, chez eux et à l’étranger, qui bénéficient de l’évolution et de la vitalité du secteur culturel britannique.

De Shakespeare à Bowie, la créativité britannique inspire et influence le reste du monde. Nous croyons que faire partie de l’Union Européenne renforce le rôle de leader de la Grande-Bretagne sur la scène mondiale.

Ne devenons pas un outsider qui hurle depuis les coulisses.

Vue d’ensemble de la Fédération des Industries Créatives

Parmi les raisons citées en faveur du vote de confiance à l’Europe par les membres de la Fédération des Industries Créatives, figurent :

L’accès aux marchés de l’UE et l’influence – l’UE est le plus grand marché importateur des industries créatrives britanniques, avec 56% des ventes du secteur à l’étranger. Il est vital que la Grande-Bretagne puisse influencer les discussions régulatrices qui pourraient avoir des conséquences sur les futurs échanges, telles que les discussions actuelles à propos de la création d’un marché digital commun.

L’accès à un financement européen – le programme de création européen a fourni des fonds à des films comme « Le Discours d’un roi », « La Dame de fer » et « Slumdog Millionaire ». Le fonds européen de développement régional a fourni un soutien vital à des organisations artistiques régionales, dont Liverpool Everyman et Sage Gateshead. De plus, les membres de la fédération de l’éducation culturelle bénéficient des 80 milliards d’euros de fonds d’innovation du programme Horizon 2020. Tout cela pourrait être mis en péril.

Le flux de talents – le Royaume-Uni est un centre créatif. Une collaboration étroite avec les partenaires européens est impérative à la Grande-Bretagne pour maintenir cette position. Des orchestres aux écoles artistiques, en passant par les firmes d’architecture, les industries créatives britanniques sont enrichies par la diversité des échanges culturels et renforcées par le flux de talents à travers l’Europe.

Les industries créatives constituent le secteur ayant connu l’évolution la plus rapide dans l’économie britannique depuis 2008 et ont contribué à £84,1 milliards de valeurs ajoutées bruts l’année dernière.

Les industries créatives emploient 1,8 millions de personnes dans ce pays (1 emploi sur 17 au Royaume-Uni, et 1 emploi sur 8 à Londres).

L’économie créative (qui comprend la contribution de ceux dont l’emploi est créatif mais ne travaillent pas dans une industrie créative) emploie 2,8 millions de personnes dans ce pays (1 emploi sur 11 au Royaume-Uni, et 1 emploi sur 6 à Londres).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *